Budget fédéral 2021 : Bernard Généreux très déçu

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Saint-Roch-des-Aulnaies, le 19 avril 2021 – Le député de Bernard Généreux qualifie le premier budget libéral en plus de deux ans d’électoraliste, alors que les Québécoises et les Québécois attendaient et méritaient un plan afin de remettre l’économie sur les rails. Selon le député conservateur, les dépenses dans ce budget ne visent pas à stimuler l’économie et à créer des emplois, mais plutôt à soutenir les priorités partisanes libérales. Le plus grand perdant dans ce budget est sans contredit le Québec qui n’aura pas plus d’argent en santé, en pleine troisième vague de la pandémie COVID-19.

En résumé, les libéraux n’ont pas :

 augmenté les transferts en santé, alors qu’il s’agit d’une demande récurrente de la part du Québec. Le nouveau programme de normes et standards pour les soins de longue durée ne respecte pas les champs de compétence de Québec. Les fonds devraient être transférés sans condition.

 assuré une compensation au Québec pour l’implantation d’un réseau de service de garde subventionné pancanadien, en plus de s’ingérer une nouvelle fois dans une compétence strictement provinciale.
 compensé les producteurs, malgré une reconnaissance croissante du besoin de maintenir nos chaînes alimentaires. Cela fait six ans qu’ils attendent !

 protégé le français au Québec, malgré qu’il soit en déclin.

 de plan de retour à l’équilibre budgétaire, ni de plan de réouverture de l’économie, ni de plan pour soutenir la santé mentale qui a été mise à rude épreuve en pandémie.

« L’attitude paternaliste des libéraux qui s’ingèrent continuellement dans les compétences des provinces est inadmissible. En pleine troisième vague, il est inconcevable de ne pas prévoir d’argent supplémentaire en santé ! Le gouvernement canadien va léguer une dette immense à nos enfants. Sous Justin Trudeau, le Canada a connu le plus grand déficit par habitant et le taux de chômage le plus élevé du G-7. Et ça continue », a laissé tomber le député Bernard Généreux.

« Les Québécois et Québécoises sans travail qui espèrent trouver un emploi, les travailleurs dont le salaire a diminué en raison de la pandémie et les familles qui luttent pour rembourser leur hypothèque ou épargner pour les études postsecondaires de leurs enfants sont abandonnés par ce budget. Pour protéger l’économie canadienne, les conservateurs vont mettre en oeuvre le Plan de rétablissement du Canada qui protégera vos finances personnelles en récupérant le million d’emplois perdus dans les secteurs les plus durement touchés par la pandémie, aidant ainsi ceux qui souffrent le plus comme les femmes et les jeunes », a martelé le chef Erin O’Toole.

Le député déplore également que le gouvernement libéral n’ait pas procédé à la modification souhaitée à la Loi sur l’Assurance-emploi pour faire passer les prestations maximales de chômage en période de maladie grave de 15 à 50 semaines, comme les trois partis d’opposition avaient exigé dans une motion votée à la Chambre des communes en février 2020. Celles-ci passeront plutôt de 15 à 26 à compter de l’été 2022.