Une entente doit être conclue avec Postes Canada d’ici le 2 juillet

Le député de Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup Bernard Généreux souhaite que les 50 000 membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) et Postes Canada trouvent un terrain d’entente en ce qui a trait à la négociation de leurs conventions collectives, échues depuis le 31 décembre 2015, car la menace d’un arrêt de travail créerait une paralysie du service postal au pays.

Lundi (hier), le STTP a indiqué que les membres de l’unité urbaine (postiers travaillant en milieu urbain) ont voté en faveur de la grève à 94,19 %, alors que ceux de l’unité rurale ont appuyé le recours à la grève à 91,26 %. Les négociations se poursuivent, bien que la période de conciliation officielle ait pris fin le 10 juin 2016. Les parties sont en pourparlers depuis la fin de 2015 et elles en sont maintenant aux dernières étapes. Conformément au Code canadien du travail, les parties sont actuellement en période de restriction d’une durée de 21 jours. Selon cet échéancier, aucun arrêt de travail légal n’est possible avant le 2 juillet 2016, toutefois si une entente n’est pas conclue, un arrêt de travail légal pourrait se produire dès cette journée. Plusieurs entreprises ont déjà informé leurs clients des mesures mises en place advenant un conflit.

Postes Canada_2016-06-28Postes Canada garde le cap sur un dénouement positif, mais demande néanmoins à ses clients de prendre certaines précautions. Postes Canada n’exercera pas ses activités advenant un arrêt de travail. Les lettres et les colis ne seraient pas livrés, et aucun nouvel article ne pourrait être accepté. Les lettres et les colis déjà dans le système postal au cours d’un arrêt de travail seraient sécurisés et seraient livrés dès que possible à la reprise des activités.

« Les services postaux sont indispensables pour nos PME, nos organismes de charités et nos entrepreneurs locaux qui sont les piliers de l’économie canadienne » soutient Bernard Généreux. Le député ajoute « sous notre gouvernement conservateur précédent, il n’y avait pas d’interruptions prolongées des services postaux. Les Canadiens qui ont besoin des services postaux doivent toujours être la priorité du gouvernement. Il appartient au gouvernement libéral de s’en assurer et défendre cet accès. »