Bernard Généreux milite pour une facture de chauffage équitable

Bernard Généreux, député fédéral de Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, a présenté une motion à la Chambre des communes le vendredi 31 mai 2019 demandant au gouvernement fédéral d’éliminer la TPS sur les factures d’énergie résidentielles, ce qui permettrait aux ménages canadiens d’épargner près de 117$ par année.

Soucieux des impacts qu’engendre l’augmentation du coût de la vie chez les résidentes et résidents de la circonscription, le député Généreux souhaite que la Chambre des communes se prononce afin de reconnaître que le fait de chauffer son habitation pendant les hivers canadiens n’est pas un luxe, mais une nécessité, au même titre que le besoin de se nourrir et de se loger.

Le député rappelle que le chef conservateur Andrew Scheer s’est engagé auprès des Canadiens le 6 mars dernier à ce qu’un gouvernement conservateur éliminerait la TPS sur les factures de chauffage et d’énergie des particuliers s’il est élu à l’automne 2019.

« Le gouvernement a donc un choix à faire: il peut continuer à taxer les plus vulnérables et à profiter d’eux afin d’éponger le déficit qu’il a lui-même créé ou il peut trouver un moyen de créditer les clients de la TPS sur les tarifs d’hydroélectricité et d’huile de chauffage » , déclare-t-il.

Dans la motion M-230, M. Généreux demande également de reconnaître que les Canadiens à faible revenu sont touchés de façon disproportionnée par les coûts de l’énergie, 21 % des ménages canadiens dépensant plus de 10 % de leur revenu sur les coûts de l’énergie. Il termine également en demandant au gouvernement d’annuler la taxe sur le carbone puisque cette dernière n’aura aucun impact mesurable sur les émissions de gaz à effet de serre, mais coûtera certainement plus aux consommateurs canadiens.

« Comme on le sait, le chauffage n’est pas un luxe, c’est essentiel. Comme élus, nous sommes ici pour veiller à ce que le gouvernement réponde aux besoins des familles et non à ce que les familles ne servent qu’à répondre aux besoins du gouvernement » conclut le député.

Le discours intégral ici.