Bernard Généreux fait le bilan de sa fin de session parlementaire

À la fin de cette dernière semaine de la 42e législature à Ottawa, Bernard Généreux, député fédéral de Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, dresse un bilan de ses réalisations et de ses contributions envers la population au cours de l’année 2019.

À l’aube de la prochaine élection, le député Bernard Généreux est fier du travail efficace accompli par l’opposition conservatrice au cours des quatre dernières années. « Malgré le fait que les libéraux de Justin Trudeau aient bénéficié d’un gouvernement majoritaire, nous avons tout de même réussi à contraindre le gouvernement à faire marche arrière sur beaucoup de ses tentatives d’augmenter le fardeau fiscal des Canadiens », a souligné Bernard Généreux.

En matière d’agriculture, le député se réjouit que ses interventions à la Chambre des communes et sa participation aux conférences de presse avec l’UPA et le député Luc Berthold de Mégantic—L’Érable en février 2019, aient contribué à convaincre le gouvernement de faire reculer sur son interprétation des critères d’éligibilité du programme Agri-protection, permettant ainsi aux producteurs du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches d’obtenir la compensation à laquelle ils s’attendaient pour les pertes de récoltes subies en raison des sécheresses de l’été 2018. Au sujet du libre-échange, le député a continué de dénoncer le fait que le gouvernement Trudeau n’avait toujours pas compensé les producteurs laitiers pour les concessions de parts de marché accordées à l’Europe, à l’Asie-Pacifique, et plus récemment aux États-Unis.

Il rappelle que les conservateurs se sont également portés à la défense des contribuables notamment lorsque le gouvernement a proposé des modifications aux règles d’imposition des petites et moyennes entreprises en 2017, et aussi lorsqu’il a proposé de taxer davantage les régimes collectifs d’assurance-santé des employés, ainsi que les rabais accordés aux travailleurs de la restauration et du commerce au détail.

Plus récemment, le député Bernard Généreux a présenté la Motion M-230 à la Chambre des communes, demandant au gouvernement d’éliminer la TPS sur les factures de chauffage résidentielles. Le député souligne que le chef du parti Conservateur Andrew Scheer a pleinement l’intention d’en faire un enjeu lors des élections du 21 octobre 2019 puisque cette initiative ferait économiser en moyenne près de 110 $ par année aux ménages canadiens.

M. Généreux rappelle aussi que les déficits cumulatifs se sont multipliés au cours des quatre dernières années et que les libéraux auront réussi à ajouter près de 80 milliards de dollars additionnels sur la dette nationale des Canadiens d’ici la fin de l’année, avec aucun plan pour revenir à l’équilibre budgétaire. Le chef conservateur Andrew Scheer s’est quant à lui engagé à équilibrer le budget sur une période de cinq ans s’il devient Premier ministre cet automne.

Un vrai plan pour notre environnement
Finalement, le député se dit fier de la présentation d’un « vrai plan pour protéger notre environnement », dévoilé par Monsieur Scheer au Québec cette semaine. « Contrairement au plan libéral qui se contente de pénaliser les particuliers et les PMEs du Canada en leur imposant une taxe carbone, tout en accordant des exceptions aux plus grands pollueurs, notre plan environnemental exigera des investissements concrets en technologies vertes. Nous prendrons aussi des mesures concrètes pour minimiser les déchets plastiques en harmonisant nos normes de recyclage du plastique et en travaillant avec les entreprises pour minimiser le suremballage », souligne M. Généreux.

Au cours de l’été, le député prévoit demeurer très présent sur le terrain dans Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, tout en collaborant avec ses collègues conservateurs en vue d’offrir aux citoyens de la circonscription et de l’ensemble du Québec une alternative sérieuse au gouvernement actuel. « Je suis convaincu que nous aurons cet automne une plateforme qui sera crédible, responsable et réalisable, afin de mieux répondre aux besoins de nos régions en matière de développement économique, d’infrastructure et de disponibilité de main-d’œuvre » a conclu Bernard Généreux.